• Decrease font size
  • Default font           size
  • Increase font size
Bilan hydrologique 2020-2021 PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 08 Août 2021 08:35

L'année hydrologique 2020/2021 dans le compartiment du Niger Supérieur du Bassin a été déficitaire, forte dans le Delta Intérieur, très humide dans le Moyen Niger et modérément humide dans le Niger Inférieur.
La situation moyenne des écoulements observée dans le Delta Intérieur du Niger est due aux apports de l’affluent le Bani en provenance de la Côte d’Ivoire et du Mali.
Dans le Niger Moyen, les écoulements des affluents de la rive droite Dargol, Gourouol, Sirba et Goroubi en provenance du Burkina Faso, ont significativement contribué à l’hydraulicité humide dans ce sous bassin du fleuve Niger.
Le Niger Inférieur a connu une année hydrologique excédentaire due aux apports en provenance des affluents rive gauche dont le principale Bénoué qui prend sa source au Cameroun.
Les niveaux d’eau dans les barrages de Selingué au Mali et de Kainji au Nigeria ont atteint toute la cote de retenue normale et ont contribué au soutien d’étiage en aval.
En résumé, l'année hydrologique 2020/2021 a été caractérisée par des écoulements particulièrement forts provoquant des inondations dans le Niger Moyen et Inférieur du bassin du Niger avec des débits jamais enregistrés pendant plus de 100 années. Ces inondations ont occasionné des pertes en vie humaines, des dégâts en matériels et des milliers de personnes rendues sans abri.
L’ABN à travers son Observatoire du Bassin du Niger devrait être plus soutenue afin de fournir les informations appropriées et opportunes sur la situation hydrologique du bassin du Niger.

Télécharger le bilan hydrologique 2020-2021

 

 

Le Fleuve Niger prend sa source dans les plateaux du Fouta-Djalon à plus de 1000 m d'altitude en Guinée et traverse successivement le Mali, le Niger, le Bénin et le Nigeria où il se jette dans l’Océan Atlantique après un parcours d’environ 4200 km. C’est le troisième plus long fleuve d’Afrique (après le Nil et le Congo), le 14ème du monde et le 9ème par son bassin de drainage (2 170 500 km2). Son bassin versant actif couvre une superficie d’environ 1 500 000 km2 que se partagent les neuf (9) pays regroupés au sein de l’Autorité du Bassin du Niger : le Bénin (2%), le Burkina Faso (4%), le Cameroun (4%), la Côte d’Ivoire (1%), la Guinée (6%), le Mali(26%), le Niger (23%), le Nigeria (33%) et le Tchad (1%). La Bénoué qui prend sa source dans le massif d’Adamaoua au Cameroun avant de traverser la République Fédérale du Nigeria, où il rejoint le cours principal du Fleuve Niger à la stationhydrométrique de Lokoja, est l’affluent le plus important.
L’année hydrologique du fleuve Niger démarre le 1er juin d’une année et prend finle 31 mai de l’année suivante.
Ce bilan annuel du fleuve Niger en année hydrologique 2020/2021 fait l’analyse de la situation des écoulements aux stations représentatives des différents sous bassins : Koulikoro (Mali) pour le Niger Supérieur, Diré (Mali) pour le Delta Intérieur ; Niamey (Niger) pour le Niger Moyen et Lokoja (Nigeria) pour le NigerInférieur.
Le suivi des écoulements au cours de l’année hydrologique 2020/2021 a été assuré dans le cadre des activités de l’Observatoire du Bassin du Niger à partir d’une centaine de stations hydrométriques issues des réseaux d’observations hydrologiques des Services Hydrologiques Nationaux (SHN) des pays membres del’ABN. Ces stations sont équipées d’échelles limnimétriques, associées pour certaines à des plates-formes de collecte de données (PCD) de type Satlink (transmission des données par satellite) ou des Liminigraphes électroniques (transmission par GSM). Toutes ces stations hydrométriques ont un agentobservateur qui assure la lecture des échelles au quotidien et la surveillance des équipements.
Les bases de données des SHN et du Secrétariat Exécutif de l’ABN sont gérées par le logiciel HYDROMET pour faciliter les échanges de données. Les données reçues sont dument critiquées et stockées dans la base de données hydrométriques duSecrétariat Exécutif de l’ABN.