• Decrease font size
  • Default font           size
  • Increase font size
Nouvelles
Le Débordement des eaux du fleuve Niger à la Direction Technique de l'Autorité du Bassin du Niger et ses environs
Vendredi, 28 Août 2020 11:19

Le Dimanche 23 Août 2020, le fleuve Niger est sorti de son lit principal et a envahi la Direction Technique de l’Autorité du Bassin du Niger (ABN) et ses environs. La population riveraine est complétement dans l’eau et ne sait à quel sein se vouer. Par ailleurs, on note plusieurs dégâts matériels. Des maisons et centres de formation complétement dans l’eau, l’Usine de décorticage du riz du Niger engloutie, des champs du riz immergés, des effets ménagers détruits, etc.
En effet, l’Autorité du Bassin du Niger (ABN) a donné une alerte rouge (www.sath.abn.ne), il y a de cela une dizaine de jours, que le niveau de l’eau va être très important, voire avec de forts risques d’inondations. Le niveau d’eau avait amorcé une montée depuis le 11 août 2020, passant de la cote 605 cm à la cote de 629 cm le 12 août 2020. Cette tendance à la hausse s’était poursuivie rapidement pour attendre ce dimanche 23 août 2020, la cote  660 cm, dépassant ainsi de 40 cm la cote d’alerte rouge de 620 cm à Niamey. Des fortes précipitations enregistrées entre le 18 et le 24 août 2020 sur les régions de Niamey et Tillaberi et dans la portion burkinabé du bassin du Niger ont accentué la montée rapide des eaux à Niamey passant de la cote 660 cm à 675 cm à la date du 25 août 2020. Ce niveau d’eau enregistré de 675 cm est en hausse de 55 cm par rapport au seuil d’alerte rouge de 620 cm, engendrant ainsi un débordement du fleuve sur les zones à risque d’inondation en submergeant la digue de protection en aval du Pont Kennedy.
Il faut noter que la non poursuite du renforcement de la digue protégeant la rive droite du fleuve Niger au-delà de l’ancien Pont Kennedy, plus en aval, a probablement favorisé la submersion de la digue sur cette partie, provoquant ainsi une inondation du Centre Régional AGRHYMET et de la Direction Technique de l’ABN ainsi que de la voie passant devant la Direction Technique. Aussi les actions de blocage des voies naturelles des eaux du fleuve par les populations riveraines ont certainement contribué à accentuer cette situation d’inondation sur la zone.
Dans le cadre du suivi hydrologique du fleuve Niger, la Direction Nationale de l’hydrologie de la République du Niger conjointement avec l’équipe de l’Observatoire du Bassin du Niger ont réalisé deux séances de jaugeage au cours de ce mois d’août 2020 pour la vérification et la validation de la courbe de tarage en vigueur à la station de Niamey. C’est ainsi que ce Mardi 25 août 2020, il a été jaugé un débit de 2420 m3/s à la cote de 669 cm. Cette onde de crue de 2420 m3/s se propagera vers l’aval de Niamey pour atteindre les localités de Say, Tamou et Gaya au Niger, Alibori et Malanville au Bénin, Jiderebode et Kainji au Nigeria.
Face à cette situation critique observée, les autorités compétentes nationales doivent intensifier la sensibilisation à l’endroit des populations riveraines en aval afin qu’elles prennent les dispositions nécessaires pour évacuer les lieux.



 
M GADO SABO MOCTAR, Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement du Niger, Ministre de Tutelle de l’ABN en visite à l’ABN.
Lundi, 17 Août 2020 22:28

Après avoir visité ce Vendredi 14 Août 2020, les digues de rétention d’eau du fleuve Niger, de Haro banda et de Saguiya dans la ville de Niamey, le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement du Niger, Ministre de tutelle de l’Autorité du Bassin du Niger, Monsieur GADO SABO MOCTAR a effectué une visite de travail à l’Autorité du Bassin du Niger pour s’imprégner des conditions de vie et de travail du personnel de l’institution.Visite Ministre de l'Hydraulique du Miger
Dans son mot de bienvenue, le Secrétaire Exécutif de l’ABN, Monsieur ABDERAHIM BIREME HAMID s’est dit très ému et très satisfait de la visite du Ministre et sa délégation à son Institution. Cela démontre l’engagement sans faille de Monsieur GADO SABO MOCTAR aux côtés de l’ABN, depuis qu’il était député national du Niger et membre du Réseau Régional des Députés des Etats Membres de l’ABN.
Echangeant avec le personnel de l’ABN, le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement du Niger, Monsieur GADO SABO MOCTAR a mentionné que l’ABN fait un travail remarquable dans le domaine de l’hydraulique dans les neuf (9) Etats qui la composent. Par ailleurs, le Ministre GADO SABO MOCTAR a encouragé et a exhorté vivement l’ABN à continuer dans le même élan afin d’obtenir davantage des résultats probants. Le projet de construction du nouveau siège de l’ABN est l’un des soucis majeurs du Ministre de tutelle. Au cours de la rencontre, Monsieur GADO SABO MOCTAR a rassuré le personnel de son soutien et de son engagement en faveur des actions de l’ABN.



 
Lancement officiel PIDACC TCHAD
Lundi, 23 Mars 2020 18:49

Lancement officiel du Programme de développement et d’adaptation au changement climatique dans le Bassin du fleuve Niger sous le haut patronage de de Son Excellence IDRISS DEBI YTNO représenté par Son Excellence le Ministre d’Etat, Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République.
La Banque africaine de développement, le Gouvernement du Tchad et l’Autorité du bassin du fleuve Niger (ABN) ont lancé, Mercredi le 26 février 2020, à PALA, le Programme intégré de développement et d’adaptation au changement climatique dans le Bassin du fleuve Niger (PIDACC/BN).Composante Tchad.
D’un coût global d’environ 132 025 milliards de FCFA, dont 11.428.000.000 FCFA.   milliards de FCFA pour le Tchad, le PIDACC/BN contribuera à l’amélioration de la résilience des écosystèmes du fleuve Niger et des populations par une gestion durable des ressources naturelles en faveur de 130 millions de personnes dans l’espace bassin du Niger réparti dans les 9 pays membres qui le constituent.
Les orientations et les options politiques actuelles du Gouvernement du Tchad, couvrant la période 2013-2021, ont été définies dans le document du Programme National de Développement. Dans ces documents, le pays s’est engagé pour le développement durable du secteur agricole et rural, qui est une grappe de concentration et de croissance capable de contribuer à la réalisation des objectifs de croissance, de lutte contre la pauvreté, de l’éradication de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. L’agriculture, l’élevage et la pêche restent, à moyen terme, les