• Decrease font size
  • Default font           size
  • Increase font size
Historique de l'ABN
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

Dans les années 1960, les Etats indépendants du bassin du Niger ont décidé de coordonner leurs efforts, en vue de l’exploitation des ressources naturelles du bassin, au premier rang desquelles se trouve l’eau.
L’Acte de Niamey relatif à la Navigation et la Coopération économique entre les Etats du bassin du Niger a été signé le 26 octobre 1963. Il a été remplacé par l’Accord de Niamey relatif à la Commission du Fleuve Niger et à la Navigation et aux transports sur le Fleuve Niger signé le 25 novembre 1964. La Commission du Fleuve Niger fut remplacée par l’Autorité du Bassin du Niger le 21 novembre 1980.

Les Etats membres sont : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Tchad.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Télécharger la carte du bassin du Niger

Lire la suite...
 
Missions et Objectifs
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

L'Autorité du Bassin du Niger (ABN) est l'une des plus anciennes Organisations Intergouvernementales Africaines si l'on fait remonter sa création à 1964 à Niamey sous sa forme originale qui était la Commission du Fleuve Niger...

La Commission du Fleuve Niger a fonctionné pendant 17 ans et ses résultats furent jugés insuffisants. Les états membres ont décidé de la remplacer par une nouvelle organisation, l'Autorité du Bassin du Niger, héritière de tous les avoirs et assumant toutes les obligations de la Commission du Fleuve Niger.

Lire la suite...
 
Le Programme de Lutte Contre l'Ensablement dans le Bassin du Niger PLCE/BN

Il  est cofinancé par le Fonds FAD de la Banque Africaine de Développement (BAD), la Commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), les Gouvernements des Etats membres de l’ABN, le Secrétariat Exécutif et les populations bénéficiaires. Il est conçu pour  répondre aux graves problèmes de développement durable des ressources naturelles notamment l’ensablement du bassin du Niger qui menace l’ensemble des productions agrosylvopastorales du bassin. Démarré en 2005 pour une durée de cinq ans, la première phase du Programme  a pris fin le 31 décembre 2012. Le budget global du Programme s’élève à environ 22 907 271 460 F CFA.
Le Programme comporte trois principales composantes : (A) Elaboration d’un Schéma Directeur de Lutte Contre l’ensablement à l’échelle du Bassin du Niger, (B) Renforcement institutionnel de l’ABN et des Etats membres ; (C) Actions prioritaires de protection et de lutte contre l’ensablement  au niveau de trois pays (Burkina Faso, Mali et Niger).
La mise en œuvre de sa première phase a permis la récupération et la restauration sur une base participative de 38 100 ha de terres dégradées sur une prévision de 34 720 ha contribuant ainsi à l’obtention des bénéfices environnementaux à l’échelle globale, par la mise en œuvre d’actions locales reposant sur des stratégies intégrées de gestion des terres et des eaux, permettant de réaliser des modifications des politiques et des actions sectorielles tout en promouvant un développement durable. Il a aussi permis l’élaboration et l’adoption d’un Schéma Directeur Régional de Lutte Contre l’Ensablement à l’échelle du bassin assorti d’un Programme d’Investissement et d’un Plan D’Action intégré dans le Plan d’Action du développement Durable du Bassin du Niger (PADD) adopté par les Chefs d’Etats et de Gouvernement et le renforcement des capacités en matière de conception et de suivi des projets et programmes de plus de 164 cades et techniciens de l’ABN et des Etats membres.

La phase I du Programme a été clôturée le 31 décembre 2012, avec à la clef  la réalisation effective à plus de  100% des résultats attendus et aussi l’ensemble des grands indicateurs sont entièrement satisfaits. En plus, certains effets et impacts sur les plans physiques, environnementaux et socio-économiques du Programme sont perceptibles au niveau de l’ABN et sur le terrain. La Commission de l’UEMOA a financé un Plan d’Action 2013-2015 à hauteur de 2 635 875 000 francs CFA pour consolider lesdits importants acquis obtenus durant la phase I du Programme. Ceci porte le budget total du Programme en exécution à 25 542 271 460 FCFA.
Au vu de ces résultats et acquis importants obtenus par cette phase pilote, un Programme de plus grande envergure étendu à l’ensemble des 9 Etats membres de l’ABN est en cours d’élaboration. Il est intitulé Programme Intégré de Développement et d’Adaptation aux Changements Climatiques dans le Bassin du Niger (PIDACC/BN). Une note conceptuelle a déjà  été élaborée et soumis aux autres partenaires de l’ABN. Ce Programme a été élaboré sur la base des conclusions du Schéma Directeur de Lutte Contre l’Ensablement dans le Bassin du Niger adopté par les Chefs d’Etats et de Gouvernement de l’ABN.
Ceci montre à suffisance l'implication des plus Hautes Autorités dans cette noble et exaltante mission, celle de « lutter contre la dégradation des écosystèmes du bassin, de régénérer les terres dégradées, de protéger la biodiversité d’importance mondiale, d’augmenter la production agricole et de combattre la pauvreté ainsi que la réduction de la résilience des populations aux changements climatiques ».

Coordonnateur du Projet : Colonel Seyni Seydou

 
Documents du PLCE

Les rapports produits par le Programme de Lutte contre l'Ensablement dans le Bassin du Niger:

- Le Schéma Directeur Régional

- Les annexes au Schéma Directeur Régional

- Synthèse du Schéma Directeur Régional

- Rapport final du PROGRAMME DE LUTTE CONTRE L’ENSABLEMENT DANS LE BASSIN DU NIGER

- La Stratégie de communication

 

Les autres rapports sont disponibles à travers le serveur ftp de l'ABN:

- Etude Environnementales et Sociales Stratégique du Programme Intégré de Developpement et d'Adaptation aux Changements Climatiques dans le Bassin du Niger (PIDACC/BN) (Francais / Anglais);

- Rapport de bilan diagnostic National avec les annexes ( Bénin; Burkina Faso; Cameroun; Cote d'Ivoire; Guinée; Mali; Niger; Nigeria; Tchad)

- Rapports des Schémas Directeurs Nationaux et les annexes ( Bénin; Burkina Faso; Cameroun; Cote d'Ivoire; Guinée; Mali; Niger; Nigeria; Tchad)

- Capitalisation des expériences de la premières phase (2005 - 2010)

- Rapport Régional de capitalisation



NB: Utilisateur: plce / Mot de passe: plce2017 et valider par  "OK"





 
PREVISION DE LA CRUE GUINEENNE 2018

Le maximum de la crue guinéenne à la station de Niamey pourrait atteindre 580 cm selon les résultats des prévisions de tendance. Cette cote pourrait être observée au cours de la première décade du mois de janvier 2019 et correspond à un débit de 2 127 m3/s.

 

Pendant la période allant de novembre 2018 au 25 avril 2019, un volume d’environ 26 milliards de m3 est attendu pour transiter à la station de Niamey.

 

Il faut noter que la pointe de la crue guinéenne à Niamey correspond à la cote d’alerte d’orange de 580 cm. Cependant cette situation pourrait être similaire à celle observée le 29 août 2018 (581 cm).

Lire la suite...